Médias. Un appel à la diversité de la presse relayé par Lausanne Cités !

Cenator : NON, ce n’est pas une fake news, ni une farce… les grands pontes lausannois du PS, des Verts, du PDC et du POP se sont mis en campagne pour tenter de persuader l’éditeur de Lausanne Cités, Monsieur Jean-Marie Fleury, de faire tout son possible pour éviter le rachat de son journal par le groupe de presse détenu par Monsieur Christoph Blocher.

Tout ce ramdam est mené au nom de la préservation de la diversité de la presse !

Un assemblage de ténors du PS, des Verts, du PDC et du POP, tous formatés à la bienpensance de gauche, « s’inquiète » hypocritement de l’arrivée possible d’un peu d’air venu d’ailleurs, air susceptible de faire le plus grand bien à la région lausannoise qui étouffe dans son smog rose-rouge-vert.

Le principe de ces gauchistes est le principe de Goebbels : « Tout mensonge suffisamment répété devient vérité ».

....Danger pour la diversité des médias, danger pour la diversité des médias, danger pour la diversité des médias, danger pour la diversité des médias, danger pour la diversité des médias.....

Dans un univers médiatique romand monochrome, aucune lueur d’espoir n’existe concernant la possibilité d’entendre d’autres choses que des opinions de la gauche. À la moindre initiative susceptible de libérer la parole, l’establishment déploie ses armes. Il détient tous les moyens de communication hormis quelques sites internet, dispose de moyens financiers colossaux et d’une armée de vendus pour promouvoir ses causes mortifères. Tout ce monde gangréné s’accroche férocement à son pré carré, et ne cède pas un millimètre, cela depuis des décennies. Et ils ont encore LE CULOT de revendiquer, à leur profit, une diversité des médias !!!

Sous cet aspect, le rachat de Lausanne Cités par le groupe de presse de Monsieur Blocher serait une bénédiction, une bouffée d’air frais auquel plus personne n’osait croire.

Résumons le topo:

1 baveux rose-rouge-vert + X autres baveux rose-rouge-vert = la diversité (selon nos pontes lausannois PS, Verts et POP)

1 seul baveux PAS rose-rouge-vert parmi ce monde monochrome = la mort de la diversité (selon nos pontes bienpensants) … allez comprendre !

En tant que présidents et présidente des principaux partis politiques, nous nous soucions de l’indépendance et de la diversité de la presse à Lausanne. Alertés par le possible rachat du journal Lausanne-Cités par le groupe de presse Zeitungshaus SA, détenu par Christoph Blocher, nous nous mobilisons pour affirmer notre attachement à une presse diverse et libre.

De plus en plus souvent, nous pouvons constater que les médias sont détenus par des groupes plus soucieux de leur chiffre d’affaires que de fournir une information locale et de bonne qualité. Or il est essentiel de disposer d’un grand nombre de journaux différents reflétant la diversité des opinions. Le rôle d’une publication gratuite, distribuée à l’entier de la population lausannoise, n’est pas de défendre l’opinion d’un seul parti, mais au contraire de questionner les politiques, de témoigner des champs de tension qui traversent la société ainsi que de rendre compte de la culture régionale. Difficile à faire depuis Zurich!

Nous sommes convaincus qu’une presse indépendante encourage la participation citoyenne. Alors que les fake news prolifèrent et que nous courons tous les risques de ne plus lire, sur les réseaux sociaux, que les informations qui correspondent à nos attentes et nos opinions, le rôle d’un journal local indépendant est plus essentiel que jamais.

Nous appelons l’éditeur, Monsieur Jean-Marie Fleury, à faire tout son possible pour que le Lausanne Cités reste en mains romandes et non partisanes.

Benoît Gaillard, président du Parti Socialiste Lausanne,
Benjamin Rudaz co-président des Verts lausannois,
Sandra Pernet présidente du PDC Lausanne,

Joaquim Manzoni membre du bureau POP Lausanne

Source

7 commentaires

  1. Posté par Fleeps le

    De toute façon ce pays est le terreau approprié du mondialisme…l’argent a prit le pouvoir et ne le rendra pas….sauf sous contrainte…….. »Jean 2, 13–16: On appellera ma maison une maison de prière, mais vous, vous en faites un repaire de brigands ». »

  2. Posté par Spartacus le

    Historiquement Lausanne vote à gauche, mais la nous assistons à la pire législature de l’histoire lausannoise.
    Mais finalement pour comprendre tout cela, observons la population lausannoise et la nous comprenons tout de suite qui sont les électeurs de cette chère muni. Il suffit juste de se promener dans la rue pour constater la d’échéance de cette ville.

  3. Posté par Jean Naimar le

    Les « édiles » de gauches et le camarades journalistes « de « mairede 68 » se rendent compte que la partie devient difficile, le peuple de moutons ne suit plus comme ils le désirent !!!

  4. Posté par Blocus le

    Cher Monsieur François Brélaz, ancien député UDC, … vous ne pensez tout de même pas qu’avec un pedigree pareil, un journal bienpensant va publier un de vos articles, aussi passionnant soit-il !

    Nous en sommes là, … vive la RDA.

  5. Posté par bigjames le

    Les gauchistes ne supportent pas l’avis des autres quand ce n’est pas le leur.
    Leur diversité, c’est la dictature de la pensée. Faire taire tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
    Les gauchistes sont les ennemis de la démocratie.
    N’appliquent pas la volonté populaire, exigent de faire revoter, etc, etc,….

  6. Posté par François Brélaz le

    A plusieurs reprises, depuis 2015, je me suis permis de proposer des textes à Lausanne Cités. Aucun n’a été publié et M. Kottelat, le rédacteur en chef, n’a même pas jugé utile de me répondre.
    Pour la gauche, la diversité, ce sont les articles de gauche !
    François Brélaz, ancien député UDC

  7. Posté par Alain le

    Oui nous étouffons dans cette ville de Lausanne et ce canton de Vaud sans aucune diversité médiatique
    Merci Cenator !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.