Les États membres de l’UE ont octroyé la nationalité à près d’un million de personnes en 2016

post_thumb_default

 

Ce sont les chiffres officiels d'Eurostat, publiés hier :

"En 2016, quelque 995 000 personnes ont acquis la nationalité d’un État membre de l’Union européenne (UE), un chiffre en hausse par rapport à 2015 (où il s’établissait à 841 000) et à 2014 (889 000). Si, parmi les personnes devenues citoyens de l’un des États membres de l’UE en 2016, 12% étaient auparavant citoyens d’un autre État membre de l’UE, la majorité était des ressortissants de pays tiers ou des apatrides.

Les citoyens marocains formaient le plus grand groupe de nouveaux citoyens d’un État membre de l’UE dont ils étaient résidents en 2016 (101 300 personnes, dont 89% ont acquis la nationalité espagnole, italienne ou française), devant les citoyens de l’Albanie (67 500 personnes, dont 97% ont acquis la nationalité italienne ou grecque), de l’Inde (41 700 personnes, dont près de 60% ont acquis la nationalité britannique), du Pakistan (32 900 personnes, dont plus de la moitié a acquis la nationalité britannique), de la Turquie (32 800 personnes, dont près de la moitié a acquis la nationalité allemande), de la Roumanie (29 700 personnes, dont 44% ont acquisla nationalité italienne) et de l’Ukraine (24 000 personnes, dont 60% ont acquis la nationalité allemande, roumaine, portugaise ou italienne). Ensemble, les Marocains, les Albanais, les Indiens, les Pakistanais, les Turcs, les Roumains et les Ukrainiens représentaient un tiers environ (33%) du nombre total de personnes ayant acquis la nationalité d’un État membre de l’UE en 2016. Les Roumains (29 700 personnes) ainsi que les Polonais (19 800) constituaient les deux plus grands groupes de citoyens de l’UE ayant obtenu la nationalité d’un autre État membre."

De son côté, la France a naturalisé 119152 personnes en 2016, dont 15% de Marocains et près de 15% d'Algériens.

Capture d’écran 2018-04-10 à 22.00.25

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Marcassin le

    Ou comment présenter des criminels comme citoyens de pays européen.

  2. Posté par Patricia le

    Certains le méritent sans aucun doute. Par contre, pouvoir déchoir de la nationalité obtenue en Europe devrait être un outil supplémentaire: pour des crimes graves, en cas de récidive etc…
    Le problème est que nous sommes dirigé par de grands malades qui ont trop d’argent donc dangereux car complètement dépassés par le monde réel.
    Entre Junker, le pape, Simmonetta et consort, notre destin n’est pas si glorieux.
    Et ils s’offusquent et ne comprennent toujours pas la montée en flèche de la droite et l’extrême-droite. Ramassis d’inutiles.

  3. Posté par Claire le

    Le Grand Remplacement s’accélère et ce n’est pas du complotisme, il suffit d’ouvrir les yeux.

  4. Posté par Maurice le

    Encore une façon de musulmaniser l’Europe, en nous faisant croire que ces mahométans, qui le resteront et se multiplieront, sont de véritables Européens puisqu’ils en ont la nationalité. Encore et encore la duplicité des doubles-nationalités, déjà tellement présente avec les doubles-nationaux européens… Comment vivre désormais au milieu de ces faux-semblants, de ces tromperies, de ces trahisons même ? La double-nationalité implique forcément une déloyauté vis-à-vis de l’un ou de l’autre des pays.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.