Irak : peine de mort au bout du chemin pour Mélina, djihadiste française ?

post_thumb_default

 

Il y a tout juste un mois, son retour imminent en France était annoncé. Aujourd’hui, pour Mélina Boughedir, djihadiste française de 27 ans et mère de quatre enfants (dont un bébé de moins d’un an) arrêtée à Mossoul en juillet 2017, la donne a changé. Alors que la justice irakienne avait ordonné son expulsion après l’avoir condamnée à six mois de prison pour « entrée illégale » sur le territoire irakien, la justice irakienne a revu sa copie et décidé de la rejuger pour terrorisme. Et là, pas question d’atermoiement. Pas question non plus de déradicalisation à la française (à noter que la France, bonne fille, avait annoncé par la voix de Nicole Belloubet, ministre de la Justice, qu’elle était « prête à accueillir » la jeune femme). Pour Mélina Boughedir, la peine de mort – par pendaison – risque d’être au bout de son chemin de radicalisée.

Itinéraire d’une djihadiste « sous influence »

Originaire de Melun, Mélina Boughedir avait rejoint la zone irako-syrienne sous contrôle de Daesh en 2015 pour suivre, comme toute bonne épouse, son mari Maximilien Thibaut, radicalisé et fiché S bien connu de la Justice et des services de renseignements français, notamment pour avoir fait partie des membres de l’organisation Forsane Alizza, groupuscule islamiste dissous en 2012.

Arrêtée à Mossoul, où ledit Maximilien Thibaut a semble-t-il trouvé la mort durant la bataille qui y fit rage, Mélina devait donc être expulsée d’Irak vers la France où l’attendent ses trois autres jeunes enfants déjà rapatriés en décembre 2017. Un retour au pays compromis par la justice irakienne qui, entre-temps, a fait appel du jugement. La raison de ce changement de programme, avec à la clef une peine de mort : son éventuelle participation à des activités terroristes. Selon les informations irakiennes, cette « mère au foyer » aurait fait partie des « brigades féminines de la police morale de l’Etat islamique », Diwan al-Hisba. Cette brigade uniquement composée de femmes guerrières voilées jusqu’aux pieds avait pour mission de contrôler l’application de la charia et, à l’occasion, de punir par le fouet les récalcitrant(e)s. D’où réexamen du dossier Mélina Boughedir par la justice irakienne.

Un réexamen du dossier et un retour à la case tribunal pour Vincent Brengarth, l’avocat de Mélina Boughedir qui, en février dernier, avait déclaré que sa cliente « regrettait son départ » pour le djihad, assuré qu’elle avait eu un moment de faiblesse et qu’elle était sous l’influence de son compagnon. Pas sûr que cette ligne de défense réussisse à apitoyer les juges irakiens du tribunal de Bagdad et ce malgré le rappel par la France de son opposition à la peine de mort « en tous lieux et en toutes circonstances ». Le sort de Mélina Boughedir est désormais entre les mains de la Cour de cassation irakienne.

Cet article Irak : peine de mort au bout du chemin pour Mélina, djihadiste française ? est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par fred le

    on en redemande !

  2. Posté par Claire le

    La peine de mort? Si seulement… Il en restera malheureusement suffisamment en France, soit parce qu’ils n’ont pas pu partir, soit parce qu’on les a laissés rentrer.
    Est-ce que l’on s’apitoyait sur le sort des collabos à la fin de la seconde guerre mondiale??

  3. Posté par mac'oest le

    Peut-elle se réjouir d’avoir 72 puceaux? Ah ça ne marche pas dans ce sens,dites-vous? Ben tant pis pour elle.

  4. Posté par Hexgradior le

    Au revoir…

  5. Posté par Nicolas le

    Bon débarras.

  6. Posté par Hotch le

    Si leur coutume est la pendaison, eh bien qu’ils la pendent (même si ça me semble un peu gentillet pour une pourriture qui mériterait de crever à petit feu).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.