14 commentaires

  1. Posté par Guex Roxana. le

    Messieurs Le Parti Socialiste. Ne sont pas assez durs pour dire leur mot. Je suis extremement decue de ce parti. Ils sont bons a RIEN.!!!!
    Comment ne pas s’etrangler de rage.
    Devant ce cadeau de la Suisse a l’UE.
    Alors qu’en Suisse on a des gens pauvres et sans moyens de trouver une vie decente et digne. Aucun politique ose ouvrir la gueule !!!
    Ils n’en ont rien a cirer !!!

  2. Posté par Palador le

    Les Nationalistes et autres anti-UE sont en train de sabrer le champagne, rien de tel pour booster leurs partis et augmenter les futurs adhérents :) :) :)

  3. Posté par Schwander Dominique le

    Ces 1,3 milliard, cela n’a qu’un nom, c’est un pot-de-vin donné par des Suisses bruxellisés à Junker et sa bande, tout comme les cinq cent mille versé à Hillary. La corruption régnant en UE gagne la Suisse. Qu’elle tristesse! Il est temps que les Suisses descendent manifester dans la rue pour défendre leurs valeurs et leurs versements pour les impôts.

  4. Posté par Anne Lauwaert le

    sans votation ??? ah non alors ! c’est le Souverain qui décide!

  5. Posté par Bernard le

    @ Mescolles.
    Très juste votre analyse. Merci, j’espère que nos tarés du CF et du CN vont vous lire !

  6. Posté par Dupond le

    Il ne sert a rien de donner du fric a l’ UE ,cette argent sera gaspillé ; il suffit de se souvenir des milliards donnés a la Roumanie pour sédentariser ses Roms qui ont été détournés en un rien de temps et pour finir les roms continus de squater et voler dans toute l’europe

  7. Posté par Mescolles le

    Merci Maurice.
    En fait quand on compare tous ces chiffres on voit que c’est plutôt l’UE qui devrait faire un beau chèque de compensation à la Suisse sans autre marchandage. En effet la gestion calamiteuses de l’UE, et de certains de ses pays qui la composent comme la France, entraîne l’exportation de sa main-d’œuvre en Suisse engendrant de gigantesques coûts d’adaptation des infrastructures suisses devant gérer ces 350’000 nouveaux bilatéraliers (une nouvelle Genève!), ce chèque devrait permettre de compenser ces coûts, de compenser la baisser du chômage en UE et de compenser l’afflux de cette manne étrangère nette (les CHF 20 milliard par année rapatriés de Suisse par les bilatéraliers) qui tombe dans son économie sans aucun effort de sa part et au détriment de l’économie Suisse.
    Par rapport aux infrastructures, rappelons que l’UE n’a mis aucun centime, même d’Euro, dans la construction des NLFA nécessaire pour unir l’UE du nord à l’UE du sud.

  8. Posté par Maurice le

    Ah, grand merci Mescolles pour ces chiffres qui ne sont jamais mis en parallèle avec les informations. Celles-ci sont données séparément, l’une après l’autre, si bien qu’on a de la peine à mettre les éléments et les chiffres en relation, alors que dans la réalité c’est ainsi que cela se passe. Oui, l’information est vraiment tendancieuse et orientée. Et je ne suis pas sûr qu’un oui à No Billag y apporterait beaucoup d’améliorations, à part nous faire faire quelques économies.

  9. Posté par Pierre Steiner le

    Cette décision de verser cette rançon est incompréhensible. Elle est incompréhensible parce qu’on ne sait pas tout. Il n’est pas exclu qu’une clause secrète, qu’un accord déjà ancien de nature scandaleuse et pour cela inavouable soit à l’origine de cette trahison. Lorsqu’une situation comme celle-là semble absurde il faut supposer l’existence d’un maillon manquant dans l’information disponible et par conséquent une conduite scélérate des autorités. Ce ne serait pas la première fois.

  10. Posté par Gérald le

    A tout hazard, je rappelle aux Suisses q’ ils ont refusé en votation l’ élection des CF. Maintenant ils ne faut pas se plaindre que les CF fassent ce q’ ils veulent, ils savent que personne ne peut les virer.

  11. Posté par Aude le

    Le Gouvernement Suisse paye encore sa prise d’otage par l’UE, plus con tu meurs.

  12. Posté par Mescolles le

    Nous avons tout de même des économistes et des politiques assez forts! On donne, sans aucune compensation, 1,3 milliard à l’UE alors que chez nous, en Suisse, on a 130’000 working poors qui sont justement victimes du dumping salarial provenant des 350’000 bilateraliers en provenance de l’UE, particulièrement de la France. A ces mirobolant 1,3 milliard gratuits, provenant de nos impôts, s’ajoute encore le rapatriement en UE de la quasi-totalité des salaires de ces 350’000 frontaliers que l’on peut estimer à environ 20 milliards (salaire brut moyen de CHF 75’000 – 20% de charges suisses – 5% de dépenses en suisse). Non seulement l’économie Suisse perd ces 20 milliards par année et en plus nos politique donne encore une prime de 1,3 milliards, de nos impôts, à l’UE qui se goinfre déjà sur le dos des travailleurs suisses (tiens là le PS ne pipe mot, bien au contraire, bizarre!). Sans compter que la Suisse présente toujours une balance commerciale négative avec l’UE, de 11,54 milliards en 2016 par exemple. Si l’UE gagne de commercer avec la Suisse, cette dernière y perd! Quelle entreprise privée chouchouterait à ce point ses mauvais clients avec qui elle perd de l’argent? La Suisse a vraiment tous les arguments pour négocier fermement avec l’UE. Mais non on s’écrase devant et on leur refile nos milliards gratuitement. On a vraiment de la peine à comprendre nos conseillers fédéraux qui sont censé protéger les Suisses.

  13. Posté par Bernard le

    Si l’UDC est mise en minorité au conseil fédéral. il lui reste le peuple . L’UDC doit lancer une initiative pour que le peuple puisse voter sur les montants attribuée :
    1.- A l’aide au développement.
    2.- Au fond d’aide à l’UE.
    3.- A l’asile.
    Combien cela fait de milliards par an, on ose à peine calculer.
    Et pendant que le CF lance l’argent par les fenêtres les pauvres citoyens Suisses n’arrivent plus à économiser et beaucoup tombent dans la pauvreté ! L’AVS est à bout de souffle, les aides sociales explosent.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.