Police: a toujours tort. Flaubert

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
kalash-criminel

Ci-dessus, le rappeur albinos Kalasch Criminel

 

"Phénomènes d'hostilité collective surviennent sporadiquement contre ceux, en uniforme, qui représentent un ordre public, et que cet ordre public peut être vécu comme injuste par les personnes qui se sentent dévalorisées dans cet ordre social".

En langage municipal lausannois, ce galimatias évoque un événement survenu durant l'après-midi du 30 juin dernier au cours duquel un motard de la police a dû prendre la fuite face à quelques dizaines d'adolescents du quartier de Praz-Séchaud, endroit connu pour sa grandissime richesse culturelle. La fuite du représentant des forces de l'ordre s'expliquerait par la présence d'un rappeur congolais albinos au doux nom d'artiste de Kalasch Criminel dont les textes poétiques auraient inspiré les adolescents du quartier désireux de marcher sur les trace de leurs frères de Paris ou Lyon. Bien évidemment, la police conteste l'apparition d'une éventuelle zone de non-droit, précisant que ses représentants patrouillent dans le coin de jour comme de nuit. A plusieurs désormais, manifestement.

Que le bon peuple se rassure néanmoins, le Municipal Payot rappelle les mesures prises par l'exécutif pour pacifier l'endroit. Présence de travailleurs sociaux et d'animateurs socio-culturels, aide à la réinsertion, mixité sociale, maintien des accès au transports publics et brigade des mineurs sur le terrain. Exception faite de cette dernière, le reste constitue l'arsenal gauchise habituel dont l'inefficacité n'est plus à prouver.

L'événement permet de mettre en lumière plusieurs éléments. Comme l'avoue lui-même le Municipal responsable, le quartier coûte fort cher au contribuable qui doit entretenir une foule de d'assistants divers et variés censés canaliser les excès de sève de cette dynamique jeunesse. On se gardera d'évoquer les montants versés au titre des services sociaux, eux-aussi élevés. Pour la gauche, cet investissement dans le néant est néanmoins vital. Il faut en effet faire au mieux pour limiter les effets délétères d'une politique migratoire irresponsable afin d'éviter d'avoir à en admettre l'échec.

On remarque également que le terreau est fertile, qui permettra l'éclosion et la croissance rapide du phénomène qu'on observe à l'envi dans les banlieues françaises. Il suffit simplement qu'un personnage aux textes d'une indigence affligeante mais volontiers violents passe dans le coin pour exciter la jeunesse locale soucieuse de se montrer digne de son maitre à penser. Il est vrai que le vocabulaire utilisé par le rappeur a pour avantage d'être accessible aux plus défavorisés.

Il y a également lieu de relever que les vieilles recettes consistant à engager toujours plus de moyens dans ces quartiers difficiles mène toujours à l'échec, la population manifestant pour l'essentiel une remarquable aversion pour le travail. La mixité sociale dont se glorifient les autorités n'en a que le nom, remplacée par la mixité culturelle. En effet, compte tenu de la qualité de vie dans ces quartiers, les habitants qui ont les moyens de les fuir le font à la première occasion. Ne reste dès lors qu'une population à problèmes, ce qui enclanche le cercle vicieux que rien ne semble pouvoir briser, surtout pas la bienveillance en cours à l'heure actuelle.

Plus inquiétant en ce qui concerne l'avenir, l'événement n'aura pas de suite s'agissant de la bande de futurs prix Nobel à l'origine du départ précipité du policier. Le message est clair, il suffit de courir après les représentants de l'ordre pour les faire fuir. Carl von Clausewitz disait de la victoire qu'elle revient à celui qui tient le dernier quart d'heure. Les sauvageons ont vaincu. Ils auront à cœur de renouveler l'exploit face à une police dont l'attitude ne doit rien à un éventuel manque de courage de ses membres mais tout à la naïveté d'une municipalité qui préfère nourrir le problème plutôt que le régler.

En attendant, mieux vaut conseiller à celles et ceux qui, en uniforme, représentent un ordre public vécu comme injuste par les personnes qui se sentent dévalorisées dans cet ordre social de ne pas trop se faire voir dans le quartier de Praz-Séchaud, ils risqueraient d'y perturber le travail des assistants sociaux.

La Côte-aux-Fées, le 10 juillet 2017                                          Yvan Perrin

24 commentaires

  1. Posté par Fehr Michel le

    Camps de travail ! Radical oui, mais après avoir ramassé des mer… de chiens dans les espaces publics, nettoyé les forêts, curé des étangs et autres ramassages de mégots dans la ville, nettoyé les rives du lac et les parcs publics après le passage des « joyeux » estivaliers, je pense que cela aurait une certaine influence sur la suite…Quand au dialogue…avec un vocabulaire moyen de 200 mots cela reste limité… !

  2. Posté par Tommy le

    On dirait Elephant Man avec une tête modelée avec du mastic à vitres.

  3. Posté par leone le

    Bonjour pepiou. Effectivement, le monde est petit. Au plaisir de continuer à vous lire.

  4. Posté par Frontalier74 le

    Détrompez-vous Melany, ce n’est pas un grand malade. Il sait ce qu’il fait, il est un héros dans sa banlieue, il est appuyé par l’industrie du disque et les radios. Dans cette interview (https://www.youtube.com/watch?v=lhMnLkQz8jU), on apprend qu’il a eu le Bac (!!) et qu’il est allé deux ans à l’université. Bon il a arrêté mais il a envie de reprendre l’anglais car « faire des études, c’est important ». Finalement, un brave petit gars rempli d’humour…
    Pour Fanfouet, si vous voulez étudier sa discographie, il y a un petit article sur http://resistancerepublicaine.eu/2017/07/13/la-cigarette-tue-le-rap-aussi/

  5. Posté par Moune le

    bien contente de vous retrouver, Monsieur Perrin. Bon été à vous.

  6. Posté par pepiou le

    Salut leone, toujours autant mordant depuis la fin des pseudos sur arcinfo. Sympa de vous lire à nouveau. Bien à vous. pepiou.

  7. Posté par Melany le

    Le physique de ce bonhomme, je m’en fiche royalement, par contre, je pense que c’est une bombe à retardement et qu’il peut s’avérer extrêmement dangereux ! Les paroles de ces « chansons » sont d’une vulgarité et d’une violence inouïe ! C’est un grand malade pour ne pas dire « psychopathe » !

  8. Posté par leone le

    Les paroles de ce trou-du-cul ce n’est certainement pas une incitation à la violence. Par contre mon commentaire pourrait l’être.

  9. Posté par UnOurs le

    Quand il s’agit d’embêter les nationaux, la police est bien plus vaillante.

  10. Posté par LAMBERT le

    Praz c’est chaud. Il n’y a pas que la Seine-Saint-Denis comme département à problèmes. A Lyon et banlieues, nous sommes servis : Guillotière/ place du Pont (Malborrro, Malborrro) rassemblement ethnique à majorité maghrébine jour et nuit. Ça craint éviter la station de métro Guillotiere le soir. Que fait la police ? La Duchère (9e) des millions investis par Collomb : les maghrébins y règnent en maître (rodéos, trafic de drogue, vols de voitures, niqabs etc.). Venissieux les Minguettes pas les guinguettes … Vaulx-en-Velin le mas du Taureau Tort aux politiciens de gauche. Douce France cher pays de mon enfance bercé de tant d’insouciance … Celle qui s’est faite traiter de merde avec des dossiers de merde par des policiers français. A mort les brebis galeuses de tous bords.

  11. Posté par Eddie Mabillard le

    Bravo Yvan.
    J’attends aussi le retour d’Oskar à deux vous serez beaucoup plus efficace, je veux dire que dans la lutte un et un ne font pas deux mais parfois dix!

  12. Posté par Eddie Mabillard le

    @ Dominique, mais la droite s’améliore il y a un radical président de la LICRA et bientôt vous serez condamné d’écrire ce que vous écrivez, bon mois aussi.
    @ Julie Rochat, certainement que les élues de gauche apprécient les gâteries proposées par ce texte.
    @ Hotch, vous dites la déroute policière, ce n’est pas la déroute policière, mais la déroute du gouvernement de gauche et maintenant gouvernement encore renforcé par la meilleure et apothéose elle hérite de l’instruction publique, les petits blancs seront mis au fond des classes pour ne pas frustrer ces chances et futurs prix Nobel (comme l’a écrit Yvan Perrin), et comme analyse de texte il me semble que les paroles de ce rappeur seraient un excellent exercice avec exercices pratiques ! La police si elle pouvait faire son travail ces situations seraient réglées en deux temps trois mouvement, mais comme un flic à une famille et des charges et surtout des impôts à payer pour entretenir ces chances pour la Suisse ils ne peuvent pas lever le petit doigt sans cela c’est juge et prison ferme pour lui pas des jours amendes comme pour les chances, alors ils doivent appliquer la deuxième partie de l’adage « fight or fly » la rage au ventre j’en suis sûr.
    Mais un jour viendra où la roue tournera dans l’autre sens, l’Histoire est ainsi faite !

  13. Posté par TulliaCiceronis le

    Corr : « pour moi » au lieu de « pas devers moi »

  14. Posté par TulliaCiceronis le

    Afin de ne pas perturber les vacances des croisés de la lobotomie pour tous par des propos jugés « à la limite du pénal », je garderai pas devers moi ce que m’inspire vraiment la vision de ces… capuche et cagoule. Quant à la poétique de ce troubadour des confins : indigence et platitude, version testostérone. Pas étonnant, quand le bas-ventre occupe la place du cerveau. Pour vous décrasser de ce pipi-kaka-trou-cul-suce-sperme-etc. de branleurs laborieux, une adresse : les « Poèmes à Lou » de Guillaume Apollinaire.

  15. Posté par Hotch le

    Si la présence de ce déficient pigmentaire (et mental) provoque de telles réactions la première chose à faire est de l’expulser sans délai.
    Pour le reste on peut craindre que cette déroute policière et -surtout- l’absence de sanction vont inciter les racailles des quartiers lausannois à vouloir faire mieux que ceux de praz-séchaud : on commence par un motard, puis une patrouille, puis une voiture ou un fourgon…
    Les socialos lausannois font mieux que le TGV ou Easyjet : la Seine-Saint-Denis à 5 minutes de chez soi.

  16. Posté par Julie Rochat le

    Bien dit LeTaz! Quant à moi, je suis juste écoeurée en lisant ces paroles…. Abject est le mot qui convient, encore que…. Voilà encore un bel enrichissement ouais……

  17. Posté par chantal le

    très bon texte merci !
    dominique lisez JC Michéa il explique comment la gauche fait en finalité le travail d’une « certaine droite »…..qui ne veut se salir les mains, c’est tout. Le gauchiste est donc le faux prolo-agitateur de la politique, le laquais, si vous préférez..

  18. Posté par Baron d'Bobard le

    Notre époque où le politiquement correct règne sur le monde politique et médiatique semble donner raison à Flaubert et à son dictionnaire des idées reçues.

  19. Posté par Dominique le

    On critique la gauche avec raison, mais que fait la droite? Je constate qu elle ne bouge pas davantage et que le politiquement correct étouffe toute velléité de réalisme.
    La encore, on va dans le mur, la question est : jusqu’à quand va t on accepter d être écrasés?
    Franchement, je me le demande!

  20. Posté par Claude le

    Infecte ! Abjecte ! Et on paie Billag pour entendre des co …ries. pareils ! ça c’est de la Kultur.

  21. Posté par Paul Emile le

    Je me demande s’il conservera sa cagoule lorsqu’il sera élevé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres par le Ministère de la Culture.

  22. Posté par Christian Hofer le

    Très bon texte.

    La gauche ne sait faire qu’une seule chose lorsque le problème est avéré: accuser les autochtones d’en être la cause (par leur présence, leur manque d’ouverture, le « racisme suisse » etc. etc.).

    Quant à être « dévalorisés socialement », je leur conseille de retourner en Afrique où ils pourront vivre heureux et de manière prospère. Il ne faudrait surtout pas que ces futurs Montaigne enrichissent cette Suisse ingrate et repliée sur elle-même.

    Tellement repliée d’ailleurs qu’elle doit faire face à des quartiers africanisés.

  23. Posté par Fanfouet le

    Tiens, j’ai voulu voir à quoi ressemblent les paroles de ce rappeur:

    « J’ai un Remington 700 sous mon pardessus
    Rafale dans la bouche et tu craches tes chicots par le cul
    Tu fais moins la belle avec du sperme dans les cavités
    On te juge pas, nous on veut juste te décapiter
    Suce-moi la bite, compte pas sur moi pour m’excuser
    T’es la plus grosse pute qu’une chatte n’ait jamais expulsé… »
    Juste un bout de la 1ère « chanson » par ordre alphabétique du guignol !
    Tout commentaire supplémentaire paraît superflu…

  24. Posté par LeTaz le

    Le rappeur congolais albinos… C’est moi ou il y a quelque chose de marrant. On dirait un titre de l’émission c’est ma vie, cette daube française rediffusée par la RTS avec le pognon que Billag nous vole! Bon, déjà rappeur, le sommet de l’inculture… Congolais, qu’est-ce qu’il fout là? Et albinos, no comment… Pas étonnant qu’il soit devenu célèbre en France, si en plus il était trisomique, il aurait probablement représenté la France au concours de l’Eurovision… Ce mec incarne à la perfection la doctrine égalitariste de ces idiots de gauche, l’être humain évalue les autre essentiellement sur la forme, c’est comme cela que fonctionne notre cerveau, et ce n’est pas l’idéalisme de ces frustrés, car pour être de gauche il faut être frustré, qui y changera quoi que ce soit!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.